dimanche 1 avril 2018

Borg / McEnroe


Titre : Borg / McEnroe (Borg vs. McEnroe)
Réalisateur : Janus Metz Pedersen
Acteurs : Sverrir Gudnason, Shia LaBeouf, Stellan Skarsgaard
Date de sortie en France : 8 novembre 2017
Genre : drame, biopic

Synopsis : 
BORG/McENROE est un film sur une des plus grandes icônes du monde, Björn Borg, et son principal rival, le jeune et talentueux John McEnroe, ainsi que sur leur duel légendaire durant le tournoi de Wimbledon de 1980. C’est l’histoire de deux hommes qui ont changé la face du tennis et sont entrés dans la légende, mais aussi du prix qu’ils ont eu à payer. 
 
Avis : 
Pour ceux qui ne connaissent pas forcément le tennis, la finale du tournoi de Wimbledon de 1980 entre Björn Borg et John McEnroe est souvent considérée comme l'un des plus beaux matchs de l'histoire. De sa symbolique (l'expérimenté Borg, déjà vainqueur 4 fois d'affilée du tournoi, réputé pour son calme inaltérable et son jeu métronomique d'un côté, le jeune et fantasque McEnroe de l'autre, principalement connu pour ses coups de gueule et son jeu basé sur la prise de risques) à son déroulement (le tie-break du 4e set est un monument de suspense), le match fait figure d'affrontement légendaire, et c'est assez logiquement que le cinéma se concentre enfin dessus.
 
 
Hélas, le film ne sera jamais à la hauteur de l'événement. S'il parvient assez facilement à mettre en avant les différences entre les deux hommes, grâce aux performances de Shia LaBeouf et Sverrir Gudnason, ni les partis-pris scénaristiques, ni la réinterprétation du match ne pourront convaincre le spectateur. On n'échappera ainsi pas aux tentatives maladroites d'explication de la psychologie des deux champions (enfin, surtout de Borg, celle de McEnroe étant beaucoup plus rapidement expédiée) par le biais d'anecdotes de leur enfance, pour un résultat d'une étonnante banalité.
 
Mais, pire que ça, c'est le fameux match, qui aurait dû être le sommet du film, qui va être le moment le plus pénible. Si l'on ressent une partie de la dramaturgie du match grâce à une retranscription fidèle des événements, la réalisation calamiteuse empêche de distinguer le moindre échange, le moindre point, et donne le sentiment étrange de vouloir à tout prix ignorer l'aspect sportif. Ralentis, zooms, effets superflus... tout y passe, et si on pourra apprécier de voir le film se centrer sur les réactions des deux adversaires, on restera clairement sur notre faim.
 
S'il profite parfaitement de la dimension épique de l'affrontement, Borg/Mc Enroe reste un objet cinématographique décevant, la faute à quelques partis pris franchement discutables. Dommage, parce qu'avec un tel sujet, et de tels acteurs, il y avait vraiment quelque chose de formidable à offrir au spectateur.
 
Note : 4/10
 
 

lundi 15 janvier 2018

Le Retour de Godzilla (1955)


Titre : Le Retour de Godzilla (Gojira no gyakushu)
Réalisateur : Motoyoshi Oda
Acteurs : Haruo Nakajima, Katsumi Tezuka, Hiroshi Koizumi
Date de sortie en France : 
Genre : kaiju eiga


Synopsis : 
Alors qu'ils survolent les mers pour repérer des bans de poissons, les jeunes pilotes Tsukioka et Kobayashi rencontrent Godzilla et un autre monstre en train de se livrer une bataille féroce. Les deux créatures disparaissent dans l'océan, mais refont bientôt surface près d'Osaka, qui sera dès lors le cadre d'un combat à mort entre les deux monstres et les hommes.

Avis : 
A peine un an après Godzilla, la première suite d'une longue série voyait déjà le jour. S'il reprend un schéma assez proche de celui du film de Honda, Le Retour de Godzilla va néanmoins introduire une variante importante, que l'on retrouvera dans quasiment tous les autres films de la saga : Godzilla va en effet être confronté à une autre créature, également réveillée par des essais nucléaires. Cette créature, ce sera Anguirus, monstre à l'apparence de dinosaure mutant.



Après sa mort à la fin du film précédent, Godzilla est légèrement retravaillé, avec un physique moins pataud et un visage plus agressif, afin d'affronter son adversaire dans des combats très rythmés. Trop rythmés, même. Les destructions se succèdent à un rythme effréné, et la lutte entre les deux monstres est chorégraphiée et filmée de façon très rapide : si cela insuffle de l'énergie à ces séquences, cela donne également un sentiment de vivacité qui sied mal à deux monstres gigantesques. Résultat : les combats sont parfois compliqués à suivre... et un peu grotesques, même s'ils restent souvent spectaculaire, notamment avec la destruction du Château de Osaka.


Si les monstres sont évidemment au coeur du film, celui-ci les délaisse régulièrement pour suivre les héros. Nous aurons ainsi droit à un début d'histoire d'amour, et surtout à l'évasion de prisonniers lors de leur transfert, dans des scènes assez cocasses et assez envahissantes, servant principalement de transition pour l'affrontement final entre l'armée et le monstre sorti vainqueur du duel. Cette dernière partie sera assez pénible à suivre, la faute à des effets spéciaux bien moins réussis (les avions et leurs missiles...) et des séquences très répétitives.

Cette première suite de Godzilla reprend donc la plupart des éléments inaugurés par son modèle, et en crée un nouveau en instaurant le versus entre deux monstres. Toutefois, le film délaisse un peu trop ses créatures au profit de sous intrigues humaines, et pêche dans sa réalisation par un montage trop rapide et trop répétitif.

Note : 4.5/10

vendredi 5 janvier 2018

Saw 3D : chapitre final


Titre : Saw 3D : chapitre final (Saw VII 3D)
Réalisateur : Kevin Greutert
Acteurs : Cary Elwes, Tobin Bell, Costas Mandylor
Date de sortie en France : 10 novembre 2010
Genre : horreur

Synopsis : 
Alors que la bataille fait rage autour de l’héritage terrifiant du Tueur au puzzle, un groupe de survivants s’associe et fait appel à un autre rescapé, Bobby Dagen, une sorte de gourou. En croyant trouver de l’aide, ils vont vivre le pire. Bobby cache d’effroyables secrets. Une vague de terreur sans précédent va surgir… 
Avis : 
2010, et avec ce septième Saw (oui, l'amateur de cinéma préfèrera ce jeu de mot à l'improbable "Saw 7", quitte à insulter un peu Ingmar Bergman), la saga nous offre enfin son chapitre final. Bon, comme pour la saga Vendredi 13, il n'aura de "final" que le nom, puisque nous avons depuis découvert un huitième volet avec Jigsaw. Mais soit : Saw 3D devait conclure l'heptalogie en beauté, en mettant notamment un point final aux activités du nouveau tueur au puzzle.

Il sera ainsi beaucoup question d'héritage, avec une certaine volonté de redonner vie aux préceptes de John Kramer par le biais des inévitables flashbacks caractéristiques de la série. On apprendra ainsi, sans véritable surprise, que les activités du tueur étaient encore plus étendues que ce que l'on nous avait laissé croire. Comme pour les épisodes précédents, on ne se penchera pas trop sur la cohérence de toutes ces révélations, qui ressemblent à autant de prétextes pour nous offrir les fameux pièges qui ont fait la renommée de la saga.

Ultime épisode, Saw 7 va en effet se montrer particulièrement généreux à cet égard, avec de nombreuses énigmes sanglantes à résoudre. Un peu comme Saw III, le film va d'ailleurs jouer la carte de la surenchère, quitte à parfois lasser ou perdre tout impact devant la multiplication de séquences chocs. Paradoxalement, le piège le plus marquant va même être celui dont on ne verra pas grand chose, laissant tout le loisir au spectateur d'imaginer les dégâts interne que l'épreuve cause. Le film le confirme une nouvelle fois : quantité n'est pas synonyme de qualité, et ce trop-plein de pièges nuit considérablement au film, gâchant un peu le fil rouge qui était pourtant intéressant.

Saw : chapitre final venait donc clore la saga sur une impression un peu mitigée : très rythmé et très généreux en piège, il ne parvenait malheureusement pas à recréer l'impact des meilleurs moments de la saga, malgré quelques séquences très réussies. Il constituait néanmoins une conclusion honnête à une saga inégale, qui n'aura jamais été aussi mauvais que lorsqu'elle s'est vautrée dans les tréfonds du torture-porn à mi-parcours, pour mieux rebondir ensuite.

Note : 7/10